Un club de foot : une bonne gestion passe aussi par la solidarité

Un club de football, plus il est petit, plus il est difficile de boucler son budget.
Il y a les recettes et les dépenses.

Voyons d’abord les recettes :

  • les cotisations
  • les sponsorings (de moins en moins nombreux)
  • les entrées aux matchs (quand les spectateurs n’essayent pas de resquiller)
  • les recettes buvettes (tout ce qui est vendu n’est pas du bénéfice…)
  • les recettes issues de manifestations diverses (carnaval, soumonce, soupers, …)
  • les subsides communaux.

Passons aux dépenses :

  • les factures de l’Union Belge : elles reprennent les cotisations à payer pour les affiliés, les assurances, les frais d’arbitrage, les amendes pour cartes jaunes et rouges, les amendes pour suspension.
  • les frais de fonctionnement : mazout, gaz, électricité, eau. Dans le cas précis de Buvrinnes, ces frais sont doublés puisque le club a deux sites.
  • les frais nécessaires à la tenue des matchs : matériel nécessaire pour le traçage, boissons offertes aux équipes.
  • les achats de matériel sportif : pour jouer au football, il faut notamment des ballons.
  • les cadeaux offerts aux jeunes joueurs lors de la Saint Nicolas.
  • les frais relatifs à l’entretien des installations : nettoyage, tonte des terrains, mise en conformité des terrains.

Il devient de plus en plus difficile d’équilibrer les recettes et les dépenses.
Comme déjà dit, de moins en moins d’entreprises sont d’accord de sponsoriser un petit club. C’est compréhensible car quelle visibilité leur offre un petit club?

Pour en revenir au cas particulier de l’AJS BE Buvrinnes, toute recette va dans la caisse du club. Et cet argent est utilisé pour arriver au mieux au but de l’ASBL, à savoir (et je cite) : “but éducatif et sportif dans un rôle d’épanouissement et d’accompagnement de la jeunesse locale et régionale”.

Chaque équipe, et donc chaque joueur (et ses proches) contribuent à l’équilibre financier de l’AJS BE BUVRINNES. Et il serait dommage, voire dommageable, que cette solidarité disparaisse pour faire preuve à un individualisme et/ou un repli sur soi de chaque équipe.

Pour terminer et insister sur ce principe de solidarité, un principe de base du football : Une équipe où chacun joue et se bat pour l’autre fera de bien meilleurs résultats que 11 individualités jouant sans tenir compte de leurs équipiers.

Laisser un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial